Publié par : listensemble | 29 mai

Conseil d’Administration du 3 juin 2010

Le Conseil d’Administration exceptionnel du 3 juin 2010 se prononcera sur la version définitive du Contrat de Développement 2010-2013.

Publié par : listensemble | 11 mai

DECLARATION DE LA LISTE « ENSEMBLE »

DECLARATION DE LA LISTE

« ENSEMBLE POUR RELEVER LE DEFI DE L’AUTONOMIE »

Liste soutenue par le SNESUP

La liste Ensemble pour relever le défi de l’autonomie, réunie le mardi 6 mai 2009 a souhaité rendre  publique son analyse de la situation actuelle dans l’université.

Le mouvement s’est initié, il y a trois mois, à partir de revendications des enseignants-chercheurs, essentiellement le projet de décret portant sur leur statut, et celui sur la formation et le recrutement des professeurs (mastérisation). Il a  très vite été rejoint par les étudiants.

On a pu noter au cours de ces trois mois un certain nombre de reculs du gouvernement. Le décret statutaire des enseignants-chercheurs publié le 25 avril* a été modifié sur la question des promotions, des CRCT. Des améliorations de début de carrière des MCF et des carrières des professeurs, ainsi qu’une augmentation du nombre des promotions ont été confirmées. Concernant la question de la modulation des services,  la circulaire d’accompagnement de ce décret publiée le 30 avril* reconnaît explicitement la charge de service d’un enseignant-chercheur : 128 heures de cours magistraux ou 192 heures de TD ou TP ou toute combinaison équivalente. Notons au passage que la vieille revendication d’aligner l’heure de TP sur l’heure de TD a été satisfaite. La discussion sur le projet de mastérisation a été reportée à une date ultérieure.

Bien sûr, on peut toujours conclure que le compromis ainsi arraché n’est pas satisfaisant et décider de poursuivre l’action. D’autres revendications sont encore à satisfaire telle par exemple la refonte du mode de calcul SYMPA d’allocations des moyens.

La liste Ensemble pour relever le défi de l’autonomie tient à attirer l’attention des collègues enseignants, sur la responsabilité qui est la nôtre et sur les effets pervers à long terme d’une situation conflictuelle qui s’éterniserait.

L’Université française et l’Université d’Evry en particulier sont l’objet d’attaques diverses qui altèrent leur image de marque et tendent à faire croire à l’incapacité du service public, où les droits d’inscription sont fort peu élevés en comparaison d’autres pays. Il nous revient de défendre que nous y assurons un enseignement de qualité et y développons une recherche digne de notre pays.

Ceci implique que nous respections l’idée que nous nous faisons du contenu pédagogique de nos enseignements. Un long débat lors des récentes réformes du système éducatif a conduit un grand nombre d’entre nous à réfléchir sur les programmes et les temps nécessaires à l’enseignement de leurs contenus aux étudiants, sur l’articulation des savoirs d’année en année. Ce débat continue d’ailleurs de façon permanente, des licences aux masters.

Cette responsabilité est à la base du contrat moral passé avec nos étudiants, qui viennent chercher à Evry des outils pour leur insertion professionnelle – et le milieu socio-professionnel dont sont issus beaucoup d’entre eux rend cette insertion particulièrement cruciale.

Il est clair pour tous, semble-t-il, qu’il n’est pas question de “brader” l’année et que nous aurons la conscience de respecter le fond (les contenus) et la forme (les RCC) – peut-être avec des nuances, mais pas plus qu’avec des nuances.

Il convient alors aujourd’hui que les enseignants de l’UEVE s’attachent à mettre en œuvre le rattrapage des enseignements du semestre – les formes peuvent en être variées – de convaincre les étudiants que leur intérêt est à l’évidence de faire l’effort nécessaire pour valider leur année.

* les documents sont disponibles sur le blog de la liste Ensemble : https://listensemble.wordpress.com/

Publié par : listensemble | 2 mai

DECRET DU 30 AVRIL 2009

circulaire-decrets-ec-du-30-avril-2009

La circulaire du 30 avril 2009, qui est une circulaire d’application des trois décrets publiés au Journal officiel du 25 avril (voir le précédent article de ce blog) dont, notamment, le décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs et le décret relatif au CNU, a été transmise par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche aux présidents d’université et aux syndicats, ce jeudi 30 avril 2009. Ces décrets doivent s’appliquer à la rentrée 2009 pour tous les enseignants-chercheurs.

La version du décret statutaire des enseignants-chercheurs, publié le 25 avril, a été modifiée sur la question des promotions, des CRCT. Ont été confirmées des améliorations de débuts de carrières des MCF et des carrières des professeurs ainsi qu’une augmentation du nombre des promotions.

Concernant la modulation des services, maintenue dans le décret du 25 avril, la circulaire du 30 avril précise « pour un enseignant-chercheur, le service ne doit pas s’écarter en moyenne, sur une certaine période, du service de référence composé de 128 heures de cours magistraux ou de 192 h de travaux dirigés ou pratiques ou toute combinaison équivalente, et d’une activité de recherche reconnue comme telle par le Conseil National des
Universités », indiquant les conditions de déclenchement du paiement des heures complémentaires.

Publié par : listensemble | 26 avril

PARUTION DES DECRETS AU JO DU 25 AVRIL 2009

Le décret sur le statut des enseignants-chercheurs a été validé par le Conseil d’État mardi 21 avril 2009 et présenté le lendemain au Conseil des ministres. Le ministère a annoncé que la publication du décret au Journal officiel sera accompagnée d’une circulaire.

Ci-après les liens permettant de consulter les décrets parus au JO du 25/04/2009 : statut des enseignants chercheurs, CNU, classement et contrat doctoral unique

DECRET STATUTAIRE: Décret n° 2009-460 du 23 avril 2009 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552216&dateTexte=&categorieLien=id

DECRET CNU: Décret n° 2009-461 du 23 avril 2009 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552350&dateTexte=&categorieLien=id

DECRET CLASSEMENT: Décret n° 2009-462 du 23 avril 2009 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552397&dateTexte=&categorieLien=id

DECRET CONTRAT DOCTORAL: Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552499&dateTexte=&categorieLien=id

Arrêté du 19 mars 2009 fixant les taux de promotion http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552554&dateTexte=&categorieLien=id

Arrêté du 30 mars 2009 fixant les nombres d’emplois jusqu’au 31 décembre 2009
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552584&dateTexte=&categorieLien=id

Arrêté du 23 avril 2009 fixant le montant de la rémunération du doctorant contractuel
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552594&dateTexte=&categorieLien=id

Pour information le communiqué du SNESUP suite à la publication de ces décrets

Non, les universitaires ne se laisseront pas faire !

Le SNESUP dénonce le passage en force du gouvernement, qui publie ce samedi 25 avril les décrets sur le statut des enseignants chercheurs, le CNU, le contrat doctoral unique et le classement,  alors que la communauté universitaire est en lutte pour leur retrait depuis de nombreuses semaines. Ces décrets confirment la place prépondérante attribuée aux présidents dans une gestion locale des enseignants chercheurs.

Si la rédaction du décret Enseignant Chercheur a été modifiée sur la question des promotions (part équivalente du national et du  local) et sur celle des CRCT, et si sont confirmées des améliorations du début de carrière des MCF et de déroulement de carrière des professeurs, la « modulation de service », très largement contestée par la communauté universitaire, reste un élément nodal de ce décret. Rien ne permet d’infirmer la possibilité d’une augmentation des  charges d’enseignement à rémunération constante (voire diminuée) pour de nombreux universitaires. L’ « accord écrit de l’intéressé » ne peut à lui seul constituer une garantie valable, devant les pressions pouvant s’exercer sur les collègues en période de pénurie budgétaire et de dogme de diminution de l’emploi public. L’égalité TP = TD (dont le coût budgétaire est chiffré par exemple à 35 emplois supplémentaires à Paris Sud), revendication syndicale de longue date, n’a pas de sens en l’absence de création de postes statutaires supplémentaires. Sans garantie budgétaire, la condition de « réalisation des engagements de formation » pourra servir à augmenter le service d’ enseignants-chercheurs, au nom de l’intégrité de l’offre de formation , élément essentiel pour la réussite des étudiants et leur accès à la qualification . Pour le SNESUP, tout enseignant-chercheur effectuant un service au-delà de la durée annuelle de référence  -égale à 128 heures de cours ou 192 heures de travaux dirigés ou pratiques -, prenant  en compte des tâches administratives et pédagogiques sur la base d’un tableau national d’équivalence, doit pouvoir obtenir le paiement des heures complémentaires correspondantes. La rédaction actuelle n’en apporte aucune garantie explicite. Maintenir cette modulation de service, c’est mettre en cause le lien consubstantiel enseignement-recherche, c’est substituer une logique budgétaire à une logique de service public, c’est remettre en cause l’égalité de traitement des fonctionnaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, amplifiée par la modification du rôle du CNU en matière de gestion nationale des carrières.

La communauté universitaire saura montrer qu’elle entend résister à cette politique. Alors que la  menace gouvernementale sur la validation de l’année universitaire s’est amplifiée, la mobilisation, malgré les vacances de printemps, s’est exprimée en de nombreuses villes universitaires cette dernière semaine.

Le SNESUP appelle les universitaires à participer nombreux aux AG dans les universités dès lundi, et à contribuer au succès des manifestations et initiatives du 28 avril, qui seront l’occasion de donner une première réponse au gouvernement.

Publié par : listensemble | 6 avril

ASSEMBLEE GENERALE DU MARDI 7 AVRIL

La prochaine assemblée générale des enseignants, BIATOS et étudiants se tiendra le mardi 7 avril à 11 heures à l’amphi A300.

Older Posts »

Catégories